ICES 2022 (Perouse, Italie) : participation de 3 chercheurs de la Chaire

Josselin Droff, Jade Guiberteau et Julien Malizard ont participé à la 25e édition de l’International conference on economics and security (ICES)

Organisée du 29 juin au 2 juillet à à l’Université Pérouse (Italie), cette édition a réuni une cinquantaine de spécialistes venus du monde entier (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Espagne, Italie, Grèce, Suède, Pays-Bas, Afrique du Sud, Brésil, etc.).

Depuis plus de 20 ans, cette conférence annuelle internationale offre l’opportunité aux économistes, chercheurs en science politique et chercheurs d’autres disciplines de présenter leurs travaux dans le domaine de l’économie de la défense, de la sécurité et de la paix.

Les chercheurs de la Chaire participent depuis plusieurs années à cet événement qui vise à couvrir différents thèmes de recherche en économie de la défense et de la sécurité. Les thématiques les plus représentées lors de cette édition étaient les questions relatives aux données, à l’innovation de défense, à la cybersécurité, aux problématiques d’Europe de la défense ou encore aux enjeux industriels.

Deux articles de recherche ont été présentés par les Chercheurs de la Chaire.

1er article : Data on French Arms Exports: do they tell the same story?

Jade Guiberteau a présenté un travail mené avec Josselin Droff et Julien Malizard sur les exportations d’armement de la France.

  • L’objectif était de mettre en avant les problématiques méthodologiques que soulèvent l’existence de deux sources, SIPRI Arms Transfers Database et Rapport au Parlement sur les exportations d’armement de la France, pour définir les exportations d’armement de la France.
  • Pour cette étude, un indice de cohérence basé sur les variations annuelles des exportations d’armement entre 1991 et 2019 a été créé. L’analyse de cet indice a permis de montrer que pour 40% à 50% des observations, l’information ne correspond pas entre les deux sources. Afin de réduire ces incohérences, trois traitements ont été testés.
    • L’échantillon pris en compte a été réduit aux seuls pays où la France a déjà exporté des matériels de guerre pour au moins l’une des deux sources. Ce traitement réduit de 58% à 48% la cohérence entre les sources.
    • La même analyse a été faite sur les 20 plus grands pays clients de la France. Alors que les deux classements sont différents entre les sources, l’indice est encore largement réduit. Les différences sont très importantes pour ces pays.
    • Enfin, l’indice a été calculé sur la base de moyennes mobiles d’ordre 3 plutôt que sur les variations annuelles. La cohérence est améliorée de façon marginale.
  • Finalement, pour prendre la mesure de ces différences. Les données ont été testées dans un modèle économétrique afin de constater l’impact de ces différences dans une analyse empirique. On constate que les deux modèles ne conduisent pas aux mêmes résultats. Cela souligne donc l’importance du travail méthodologique dans l’utilisation des données pour la recherche.
Jade GUIBERTEAU

2e article : The rebirth of a Cold war dinosaur? A study of the main battle tank (MBT) market in Europe

Josselin Droff a présenté un travail mené avec Julien Malizard et Laure Noël sur le marché des Main Battle Tanks (MBT) en Europe.

  • Aujourd’hui la notion de conflit de haute intensité implique au contraire un retour du volume de forces et une forme de symétrie technologique entre adversaires. La plupart des documents stratégiques européens récents évoquent l’importance de se préparer à l’éventualité d’un conflit de ce type. Dans l’histoire militaire, le MBT est particulièrement emblématique des conflits armés de haute intensité. D’un point de vue industriel, les programmes de MBT sont particulièrement structurants sur les plans technologique et financier pour le secteur de l’armement terrestre. Quelles sont alors les dynamiques de marché des chars de combat en Europe ?
  • En s’appuyant sur la construction d’indicateurs statistiques comme l’évolution des parcs, leur âge, leur origine et leur diversité, cet article propose une analyse quantitative des parcs des Etats européens. A partir de cette analyse de la demande, l’organisation de l’offre industrielle permettant de répondre aux besoins des différents pays est étudiée. La taille du marché des chars de combat, par nature stratégique, est uniquement déterminée par la demande des Etats en la matière. Cela conditionne ainsi la taille de l’industrie qui peut aller de la maîtrise complète de la production jusqu’à la production d’un système en passant par la production sous licence.
  • Une Analyse des Correspondances Multiples (ACM) permet de construire une typologie combinant les ambitions stratégiques des pays (la demande) et leurs capacités et stratégies industrielles (offre).
  • Cette étude permet de mieux comprendre comment les différents pays européens sont susceptibles de se positionner sur le segment des MBT – soit comme maître d’ouvrage, soit comme partenaire – compte tenu de l’état de leur parc, de leurs ambitions stratégiques et de leurs compétences industrielles. La mise en évidence de cette typologie permet de discuter les dynamiques de marchés à l’œuvre en Europe et la course technologique et stratégique du « MBT du futur » (prospects industriels et analyse de la concurrence et des « nouveaux entrants », coopérations, risques de décrochages capacitaires et technologiques).
Josselin DROFF
Article précédent« Le combattant et les nouvelles technologies : évolutions, transformations et défis » : intervention de Josselin Droff au colloque de l’IRSEM
Article suivantConséquences de la guerre en Ukraine sur le continent africain : note de Camille Laville pour l’IGPSA