Les quatre thématiques principales

1. CONNAISSANCE DES ENTREPRISES DE DÉFENSE : STRATÉGIES, FORCES ET FRAGILITÉS

Le travail d’identification des entreprises de défense et de comparaison avec les entreprises civiles a conduit à la publication de différents articles. La BITD rassemble des entreprises qui ont des particularités fortes. Elles ont des performances élevées en termes de valeur ajoutée, d’exportation ou d’emploi, malgré les difficultés de financement qu’elles subissent. L’analyse de leurs actionnaires montre que le lien national est fort malgré la présence de fonds d’investissement étrangers.

2. DÉTERMINANTS ET IMPACTS DE LA DÉPENSE DE DÉFENSE

Des publications ont été rédigées afin d’évaluer les causes et les conséquences macroéconomiques de l’effort de défense. Deux résultats principaux apparaissent : les dépenses de défense sont plus sensibles aux contraintes budgétaires que les autres dépenses publiques alors qu’elles génèrent des retombées économiques positives au travers des dépenses d’équipement sur le tissu économique. Par ailleurs, des analyses ont été menées sur les exportations d’armes et visent à expliciter leurs trajectoires historiques ou leurs conséquences en termes de sécurité.

3. R&D ET INNOVATION DANS LE DOMAINE DE LA DÉFENSE

Le caractère stratégique des entreprises de la BITD apparait également par l’importance du secteur de la défense dans le système national d’innovation. Les entreprises de défense représentent une petite part des entreprises françaises mais elles réalisent presque le quart de la dépense française de R&D (civile et défense) et emploient plus de 20% des effectifs R&D des entreprises. Elles déposent également une part importante des brevets et occupent les premières places dans le classement français des dépôts de brevets.

4. MAINTIEN EN CONDITION OPÉRATIONNELLE (MCO)

Si le MCO est une activité complexe, la problématique à laquelle doivent faire face l’ensemble des acteurs de la défense – acteurs civils représentant l’Etat, militaires et industriels – n’en est pas moins relativement simple à exposer : les contraintes budgétaires sont fortes, les coûts tendent à augmenter suivant les évolutions technologiques et/ou le vieillissement des flottes dans un contexte où les sollicitations opérationnelles sont fortes. Tout l’enjeu consiste alors à trouver comment contenir ou réduire les coûts compte tenu de l’importance de ces contraintes budgétaires et opérationnelles. Le MCO apparaît donc comme une thématique de recherche centrale et incontournable dans l’étude des questions de défense et sa gestion dépend de dimensions financières, industrielles, technologiques et opérationnelles.