Participation de Jean Belin, Josselin Droff et Julien Malizard au CopDa

La Chaire Économie de défense - IHEDN a participé au CopDa, organisé par la Chaire Défense & Aérospatial.

La Chaire est intervenue ce mercredi 18 novembre 2020 lors du CopDa (Cours de Perfectionnement Défense et Aérospatial), organisé en ligne par la Chaire Défense & Aérospatial, pilotée par le général (2S) Laurent.

Cet événement a été l’occasion de présenter les différents travaux des membres de la Chaire auprès d’un public d’auditeurs représentant les industriels du secteur de la Défense.

Jean Belin, Titulaire de la Chaire, a présenté un panorama de la base industrielle et technologique de défense (BITD) française en soulignant les difficultés méthodologiques quant à sa définition et sa mesure. Sur la base de ses travaux, il a également abordé les spécificités des entreprises de la défense lorsqu’elles sont comparées avec des entreprises du secteur civil. Les problématiques de financement des entreprises de la défense ont également été présentées, dans une perspective de mutation technologique et financière de l’économie mondiale.

Josselin Droff, Chercheur à la Chaire, a présenté les enjeux économiques du Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) des matériels de défense. La présentation s’appuyait sur les différents travaux de l’auteur sur le sujet avec notamment une discussion sur la question de l’évolution des coûts et de la disponibilité des matériels. Les principaux facteurs d’évolution des coûts ont été présentés, ainsi que différents leviers d’actions mis en place par l’Etat et les industriels pour tenter de réduire les coûts et/ou d’améliorer la disponibilité. En s’appuyant sur une récente étude de l’auteur, la question de la révolution technologique en œuvre au sein du MCO a notamment été présentée (objets connectés, impression 3D, réalité augmentée et réalité virtuelle, robots et cobots).

Julien Malizard
, Titulaire adjoint de la Chaire, a quant à lui présenté les enjeux liés à l’impact économique des activités de défense, en insistant sur l’articulation entre impact macroéconomique, impact régional et impact technologique sur les entreprises. Sur la base des travaux conduits par l’auteur depuis une dizaine d’années et la littérature économique, il apparaît que la défense génère des retombées économiques positives, mais en revanche son utilité en tant qu’instrument de politique économique est discutable.